PETIT PAYS DYNAMIQUE ENTRE LE BRESIL ET L'ARGENTINE

URUGUAY DU 14 AVRIL AU 14 MAI 2009

APERCU SUR L'URUGUAY

  • Superficie : 174 810 km²
  • Population : 3 324 000 habitants (densité : 19 habitants au km² - France 110 habitants au km²)
  • Capitale : Montévidéo (1 269 552 habitants - plus de 38% de la population se trouve dans la capitale)
  • Point culminant : Cerro Catedral 519 mètres)
  • Langue : Espagnol
  • Monnaie : Pesos Uruguayen (parité environ 30 pesos pour 1 €)

Arrivée en Uruguay

  • Les formalités de police et de douane pour entrer en Uruguay se font sans tracasseries administratives.

On se sent bien tout de suite à l'entrée dans le pays.

  • Nous nous arrêtons quelques heures dans la ville de Paysandû, pour y faire en premier provision de monnaie locale puis quelques provisions.

Notre première remarque est que cette ville est plus propre que ses consoeurs argentines. Les habitants sont aimables et vous saluent d'emblée.

Nous passons notre première nuit uruguayenne dans un camping en pleine campagne. Là aussi l'on devine la fin de la saison estivale. Le gérant nous prend 50 pesos pour nous deux (à peine 1,60 €).

  • Cheminant à travers la campagne d'Uruguay nous voyons avec plaisir les champs et autres prairies bien entretenus. L'on commence à retourner les chaumes (les moissons ayant eu lieu il y a un ou deux mois. Les ondulations du terrain nous font penser à quelques régions françaises, dont la Basse Normandie.

En soirée du 16 nous sommes à Punta del Este . La cote à cet endroit respire la richesse. De luxueuses villas bordent l'océan Atlantique. Bien que la saison soit terminée se trouvent encore là des gens en vacances. Ils s'adonnent peu aux plaisirs de la plage mais s'oxygènent en marchant sur le bord de mer.

  • Nous élisons domicile dans un camping situé à 10 kilomètres du centre. C'est semble-t-il le seul qui soit encore ouvert.




                                                          Eglise de Maldonado


                                                         Church of Maldonado


                                                        Iglesia de Maldonado


Dans les environs de Maldonado


In the vicinity of Maldonado


En las cercanías de Maldonado


                                             Chaumières à Maldonado


                                             Cottages in Maldonado


                                            Casas rurales en Maldonado

  • Pendant 3 jours nous avons dans le camping deux sympathiques italiens Valéria et Angélo, lesquels font un circuit, à tandem, en Amérique du Sud. Ce moyen de locomotion, qui nous est cher, a rapproché de nous ces cyclistes. Nous passons ensemble d'agréables moments. Ils nous quittent le 24 avril pour partir en direction de Colonia de Sacramento et prendre ensuite un ferry qui les mènera à Buenos Aires d'où ils doivent s'envoler pour Milan le 3 mai prochain.
  • Mardi 28 avril 2009. Alors que nous effectuons des achats dans un supermercado non loin du camping nous faisons la connaissance de Michaël, un québecqois, intallé en Uruguay. Invités à passer la soirée chez lui (dans une grande villa au bord de l'Atlantique) nous y passons un moment agréable en sa compagnie et celle de son fils Nicolas. Nous nous promettons de nous revoir.
  • Nous quittons Punta del Este trois jours pour aller vers Chui près de la frontière brésilienne. La distance n'est pas bien grande, tout juste 200 kilomètres mais nous faisons à l'aller trois campings sauvages au bord de l'Océean Atlantique. Les deux derniers nous sommes seuls, avec un temps splendide. Le bruit des vagues est le seul que nous entendons.

Chui

La ville de Chui, située entre les frontières uruguyenne et brésilienne est zone franche. Tous les magasins vendent en détaxé. Malgré les prix très intéressants nous ne faisons pas d'achat. Peut-être le regretterons-nous plus tard !!! Sur le plan touristique Chui est sans intérêt.

  • Nous nous arrêtons de nouveau à Maldonado - Punta del Este.
  • Lors de nos promenades nous sommes souvent assaillis par les jacassements des perruches au-dessus de nous. A certains endroits les arbres sont truffés de nids, merveilles d'art.

Jeudi 7 mai - Nous prenons la route de Montévidéo. Le temps est superbe.

  • Montévidéo
  • Avant d'arriver dans la capitale uruguyenne nous longeons le bord du Rio de la Plata pendant une bonne dizaine de kilomètres. De hauts immeubles de résidence mais aussi de vacances bordent le littoral. Cette architecture n'est pas très jolie mais elle permet sans doute au plus grand nombre de se trouver près de la mer.

Nous prenons une chambre à l'hôtel Ibis pour deux nuits.

  • Dès notre arrivée nous allons dans ce qui est le centre de Montévidéo. Nous ne sommes pas fascinés par ce que nous voyons. Rien de bien joli si ce ne sont quelques immeubles de style, malheureusement enchâssés, entre de grande barre modernes. Nous constatons aussi que les rues sont sales, papiers et objets divers sont abandonnés au sol (malgré de nombreux bacs à ordures. Les crottes de chien sont aussi nombreuses.

Les articles vendus comme souvenirs ne sont pas aussi jolis et finis que ceux que nous avons pu voir et acheter en Argentine, au Chili ou au Pérou.

  • La deuxième journée à Montévidéo est consacrée aussi à la balade, dans une autre direction, sans pour autant trouver plus d'intérêt que la veille.

Nous décidons de repartir demain pour Colonia del Sacramento.






Montevideo - Bel immeuble sacrifié à la mal bouffe



Montevideo - Beautiful building sacrificed to the wrong food



Montevideo - hermoso edificio sacrificó a los alimentos mal







                                                 Montevideo - Immeuble début 20 siècle


                                                  Montevideo - Building beginning 20 century


                                                 Montevideo - edificio de principio del siglo 20
  • Ne sachant pas si nous aurons un camping à Colonia de Sacramento nous suivons des indications avant cette ville en direction de Santa Ana. A la Punta Artilleros nous découvrons un camping très modeste où pour 120 pesos on nous offre tout de même eau chaude. La patronne nous dit que nous serons sans doute les seuls occupants du terrain. Nous avons pourtant la surprise, une heure plus tard, de voir arriver un véhicule Toyota, immatriculé aux USA mais occupé par deux belges flamands. Comme ceux-ci parlent français nous lions rapidement contact et passons une bonne partie de la soirée ensemble.

Le lendemain nous prévoyons de nous revoir à Carmelo. Lorsque nous y sommes nous ne les y trouvons pas. Nous sommes sur une aire libre de camping et non une structure gardée. Peut-être ont-ils préféré un endroit plus sécurisé.

UNE RENCONTRE FORT SYMPATHIQUE

  • Alors que nous quittons Colonia de Sacramento pour Carmelo, nous avons un doute sur notre direction. Nous roulons doucement puis doutant un peu plus fort nous nous arrêtons pour contrôler notre carte. A ce moment, une voiture Audi s'arrête derrière nous. Visiblement nous étions suivis depuis quelques instants. Un homme, de belle allure, s'approche de notre véhicule. Il se présente comme étant français et chef d'entreprises sur l'Amérique du sud. Notre plaque minéralogique et le Land Rover Defender l'ont interpellé. Il est, en effet, lui-même propriétaire d'un engin identique.

Nous parlons une dizaine de minutes échangeant à la fin de notre entretien nos adresses internet. Bernadette, comme l'épouse de Christophe, est restée dans la voiture. Au moment de nous séparer cette dernière nous fait un au revoir de la main.
(2 jours plus tard nous recevons un mail de Christophe lequel a fait part de notre rencontre aux membres des clubs Land Rover de France et d'Argentine).

  • De Carmelo où nous ne nous attardons pas nous passons à Nueva Palmira, une ville plus petite. Le soir nous trouvons une aire de camping, là aussi gratuite à La Concordia, un peu avant Dolorès. Dommage que le temps soit gris car le cadre est agréable. Nous filons dans la journée du 12 mai vers Mercédes. Il s'y trouve un camping bien situé, au bord du Rio Négro. Nous y sommes installés depuis une demi-heure lorsque la jeune fille qui s'occupe de l'administration vient nous demander de payer le double de ce que nous avons réglé. Bien que la somme soit modique le principe nous choque. Nous repartons. Nous trouvons à Fray Bentos - Las Canas un terrain correctement aménagé gratuit.
  • Notre séjour à Fray Bentos - Los Banos est très humide. Il pleut une grande partie de la journée. C'est dommage, le cadre est agréable et les bords du Rio Uruguay doivent être joilis par beau temps.

14 avril 2009 - Il y a une mois que nous sommes en Uruguay. Bien que le pays soit très agréable nous n'avons plus grand chose à y voir.

Nous dirigeant vers la frontière Uruguay-Argentine nous pensons passer le poste qui mène vers Gualeguachu en Argentine. Arrivés au postes de police et de douane uruguayenne nous sommes informés qu'il est impossible de passer. De l'autre coté du pont international, des manifestants, à une usine de papier d'Uruguay, bloquent la route (depuis deux ans), sous prétexte que les fumées transportées par le vent polluent leurs terres. Cela ne fait pas notre affaire. Nous devons remonter sur plus de 100 kilomètres au nord (à Paysandu),pour trouver une autre passage frontalier.

NOUS AVONS AIME - NOUS N'AVONS PAS AIME

  • En Uruguay nous avons aimé
  • L'amabilité des habitants, leur spontanéité sans réserve.
  • La nature entretenue
  • La propreté des sites (sauf Montévidéo)
  • La conduite automobile.
  • La discrétion des forces de police et de douane (ce qui n'empêche pas l'efficacité).